mercredi 3 juin 2009

Education nationale

Le développement durable est viable s'il respecte les trois pôles : écologique, économique et social.



Or l'aspect social est peu médiatisé, voire oublié. C'est un facteur majeur de la viabilité du DD.

Un domaine très important est l'éducation qui, malgré les apparences d'un pays "riche" et "démocratique", n'offre pas un accès égalitaire à l'éducation.
Je peux en témoigner, je travaille dans le collège d'une cité connue du 9.3. Mes collègues et moi travaillons à nous abîmer la santé (au sens littéral) pour essayer de compenser un peu les inégalités injustes. Mais rien ne pourra remplacer de vraies réformes, de vrais moyens dont nous manquons cruellement. Malheureusement, l'image véhiculée est extrêmement négative. Combien de fois ai-je entendu que nous sommes tout le temps en vacances, que nous faisons grève pour rien... Voici quelques rumeurs corrigées :

1) Oui, certains profs ne font rien. Je suis entièrement d'accord. Je ne comprends pas qu'on puisse être professeur et ne pas avoir de considération de l'élève. D'autre part, plus l'établissement est tranquille, moins il y a de projets.

2) Non, nous ne sommes pas payés à être en vacances. Nous sommes payés 8 mois et demi de travail + 5 semaines de congés payés. Le tout est divisé par 12 pour que nous recevions un salaire chaque mois.

3) Oui, les grèves sont justifiées. Quand nous constatons quels dangers menacent nos élèves, nous sommes inquiets. Quand plusieurs professeurs et élèves sont agressés, nous sommes inquiets. Quand nous devons payer de notre poche le matériel si nous voulons pouvoir travailler, nous sommes inquiets. Quand nous travaillons 60 heures par semaine (car nous n'avons pas le choix aux vues du peu d'effectif), nous sommes inquiets.

4) Allez voir du côté de la direction. Une bonne direction permet une dynamique de projet et d'équipe propice à l'avancée des élèves. Alors qu'une direction qui interdit tout, pratique le népotisme et donne tout l'argent à certains professeurs, crée une zone de non-droit, un établissement ou la violence verbale et physique sont la loi.


J'ai donc découvert le nouveau clip de Grand Corps Malade (originaire de la ville où j'enseigne) avec un grand plaisir. Il met en avant les vrais problème de l'Education Nationale dans son slam et son clip éponymes, avec toujours cette poésie, ce bonheur des mots.

Savourez...






Petit rappel utile :

Déclaration universelle des droits de l'homme

Article premier
Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits.

Article 2
Chacun peut se prévaloir de tous les droits et de toutes les libertés proclamés dans la présente Déclaration, sans distinction aucune, notamment de race, de couleur, de sexe, de langue, de religion, d'opinion politique ou de toute autre opinion, d'origine nationale ou sociale, de fortune, de naissance ou de toute autre situation.

Article 26
Toute personne a droit à l'éducation.

2 commentaires:

Zeb a dit…

Tu as tout mon soutient
il va falloir que les choses bougent, mais je pense que c'est comme les autres domaines à ce jour : nous sommes toujours dirigés par des gens qui ne sont pas conscients de la réalité,ou qui en sont conscients mais qui n'ont pas envie de faire changer les choses...
que sera l'éducation nationale dans 5 ans?? et ces éleves dans 10 ans??

virginie a dit…

c'est vrai que les choses doivent changer !!!
ici, on parle beaucoup de cette enseignante poignardée et je ne reviens pas la dessus, par contre, quand une prof balance les chaises aux visages de ses élèves, on nous demande nous parents d'étouffer "l'incident" !!! la prof est dépressive !!!!
je pense qu'il faut que l'éducation nationale sous couvert de l'état change ses méthodes, change le regard qu'elle pose sur l'enseignement de nos enfants !!! d'ailleurs, je doute que notre ministre de l'éducation ne se soit jamais intéresse aux enfants!!!!
les bons profs payent pour les mauvais, je pense qu'un bon ménage ferait aussi du bien dans le corps enseignant.
l'école libre et gratuite n'existe plus.
on nous impose des choix d'affectations, sans tenir compte des gouts des enfants (par exemple en langue !!).
nous sommes les plus mauvais en langue bin oui je veux bien, mais quels sont les moyens ??? aucuns, on impose aux enfants l'anglais !!
mon fils voulait faire de l'italien en deuxième ??? bin non, son collège ne fais pas l'italien mais l'espagnol ou l'allemand, il veux réintégrer un lycée proposant l'italien ?? bin non il n'en a pas fait au collège ??? ne se mord t on pas la queue ???