samedi 28 mars 2009

Les labels cosmétiques bio

Il n'est pas toujours facile de se repérer parmi les labels bio, de connaitre la teneur en ingrédients d'origine biologique dans chaque produit.


Voici un petit récapitulatif :

Les grands principes de la cosmétique bio certifiée sont les suivant :

  • Pas de parfums, colorants et conservateurs synthétiques (ex :phtalates, muscs synthétiques)
  • Pas de produits de synthèse (ex : huiles essentielles reconstituées synthétiquement)
  • Pas de produits issus de la pétrochimie (glycérine, paraffine, vaseline, silicone)
  • Pas de conservateurs comme les glycols (dont le phénoxyéthanol et les parabens), le formol (le formaldéhyde et les composés bromo), les substances à base de mercure (INCI : phényl mercuric acetate, phényl mercuric borate)
  • Un engagement d'utilisation de matières premières de qualité (biologique, sauvage, sans traitement chimique, sans irradiation ionisante)
  • Les huiles végétales doivent être de première pression à froid (PPF)
  • Refus des tests sur les animaux,
  • Emballages recyclables et non polluants


ECOCERT


Depuis 2004 le Ministère de l'industrie français a instauré un logo agréé du nom de Cosmébio. Tout comme pour le label alimentaire AB, celui de Cosmebio est accordé par Ecocert, organisme international de contrôle et de certification agréé par les pouvoirs publics. Deux logos existent : Bio (le plus exigeant) et Eco.

Les principales garanties

COSMEBIO (Cosmétiques écologiques et biologiques) : au moins 95% d'ingrédients végétaux et au moins 10% du total des ingrédients sont issus de l'agriculture biologique.

COSMECO (cosmétiques écologiques) : au moins 50% de végétaux et au moins 5% du total des ingrédients sont issus de l'agriculture biologique.

Les matières premières naturelles doivent être exemptes de contaminants tels que métaux lourds, hydrocarbures, pesticides, dioxines, OGM, nitrates, et obtenues par des procédés simples

Les ingrédients interdits

  • colorants synthétiques
  • conservateurs de synthèse
  • parfums de synthèse
  • antioxydants et émoliants de synthèse
  • huiles et graisses de synthèse
  • ingrédients issus de l'industrie pétrolière, silicones
  • produits animaux

Les marques Cosmébio :

Melvita (sauf la gamme Apicosma), Oléanat, Coslys, Cattier, Natessance, Sanoflore, Druide, Patyka, laits démaquillants Couleur Caramel, Doux Me, Ballot-Flurin, Les Douces Angevines


NATURE ET PROGRÈS

Le cahier des charges des cosmétiques Nature et Progrès est le plus exigeant des labels existants. Il contrôle les éléments suivants :

  • Matières premières vegétales de qualité biologique uniquement
  • Sans parfum de synthèse, sans colorant de synthèse, sans conservateur de synthèse (parabens, DMDM, glycol, EDTA)
  • Sans pétrochimie (paraffine, silicone, PEG), sans OGM
  • Biodégradabilité optimale de la formule
  • Non testés sur animaux
  • Formulés pour minimiser les risques d'allergie (sans lanoline)
  • Démarche écologique du fabricant (éco-bilan)
  • Emballages écologiques

Les marques Nature & Progrès :

Florame, Beurre de Karité Brut 100%, les shampoings Cosmo Naturel, savon au lait d'anesse Gravier, Pureté

DÉMÉTER

Charte d'origine Allemande, très rigoureuse

Les Principales garanties

  • Plantes provenant de l'agriculture biodynamique ou plantes sauvages
  • Sélection rigoureuse de toutes les substances entrant dans la composition des cosmétiques
  • Préparations élaborées selon les méthodes utilisées pour la fabrication des médicaments homéopathiques Wala

Les interdits

  • Pas d'additifs synthétiques (émulsifiants, parfums, conservateurs, colorants...)
  • Pas de tests sur animaux

BDIH
Moins rigoureux que le cahier des charges Demeter, il autorise en particulier certaines matières premières provenant d'animaux vivants (lanoline) et certains conservateurs synthétiques ainsi que l'usage de l'acide benzoïque et de ses dérivés.

Les Principales garanties

  • Cosmétiques formulés à partir de matières premières naturelles, issues du règne végétal ou minéral. Priorité aux végétaux de culture BIO
  • Bases lavantes et émulsifiants d'origine végétale, obtenues par des techniques “douces” (hydrolyse, estérification)
  • Tests sur des personnes volontaires ou des cultures de cellules.
  • Utilisation très restreinte de quelques conservateurs doux (acide benzoïque, acide sorbique).

Les interdits

  • Les produits de la pétrochimie
  • Les colorants ou parfums de synthèse
  • Les bases lavantes ou émulsifiants éthoxiliés
  • L'irradiation
  • Les matières premières génétiquement modifiées (OGM)
  • Les matières premières d'origine animale, sauf issues de l'animal vivant (ex: lanoline)
  • Le blanc de baleine ou collagène d'origine animale
  • Les tests sur les animaux

Les marques du BDIH
Weleda, Logona kosmetik, Avalon, Dr Haushka, Lavera naturkosmetik, CMD Naturokosmetic, Living Nature, Santaverde, Abtswinder Naturheilmiller, Alterra, Fanfalla, Maharish Ayurveda, Primaveralife, Provida, Santé, Anika, Toll Cosmetik, SE, Walter Rau Speickwerk, Neumond.


AB :

Le label Agriculture biologique est attribué aux produits issus de l’agriculture biologique. C’est une marque, propriété du ministère de l’agriculture. Il concerne les produits agricoles et les denrées alimentaires. Pour obtenir le label AB, une denrée alimentaire doit être composée d’au moins 95 % d’ingrédients de l’agriculture biologique.

On trouve ce label sur les huiles essentielles.


Label one voice :

Le producteur qui appose ce logo sur ses produits bio revendique ainsi le refus de tests sur animaux sur l'ensemble du processus de production. Ce label est notamment promu par l'association One Voice, qui veut donner "une seule et même voix pour les animaux et la planète".

Ceci dit, certains produits n'ont pas ce label et ne testent pas leurs produits sur les animaux. Par exemple, Body shop a été applaudi par la P.E.T.A (people for the ethical treatment of animals) pour son respect des animaux.

2 commentaires:

Mister Klean a dit…

Nous avons tout éteint et pas qu'une heure. une soirée aux chandelles, dans le calme, la terre le vaut bien.
heureux de ton retour Emeline ...

Anonyme a dit…

Bonjour,

Votre site ne parle pas encore du label développement durable pour les coiffeurs, développé par les Institutions de la Coiffure.
Vous le trouverez sur ce lien : http://www.moncoiffeursengage.com/

Afin d’obtenir ce label, les salons de coiffure doivent remplir un référentiel d'une centaine de questions portant sur quatre thématiques : la consommation d’eau, la consommation d’énergie, la gestion des déchets et la santé. Un audit permet de vérifier leur performance et de leur accorder - ou non - la labellisation.

Demandez à votre coiffeur s'il en est informé !